Rédactrice-réviseure

La rédaction professionnelle

Rédiger de façon professionnelle, c’est en gros écrire pour une organisation cliente de façon à exprimer au mieux sa pensée. Pas question de donner sa propre opinion, ni de parler de soi, ni de se sentir l’auteure d’un chef-d’oeuvre. Meilleure est la collaboration avec l’organisation cliente, meilleur sera le produit livré.

Les deux compétences de base d’une rédactrice ou d’un rédacteur : une excellente connaissance de la langue et la capacité à produire un écrit sur demande. La Société québécoise de la rédaction professionnelle (SQRP) les définit comme « des spécialistes de l’écriture qui conçoivent, structurent, rédigent et révisent des textes en fonction des besoins et des objectifs de leur clientèle ». (Site de la SQRP, page La SQRP/ Le rédacteur professionnel, consultée le 23-09-2013)

En plus des tâches qui relèvent de l’écriture et de la révision, la rédaction professionnelle comporte des tâches qui concernent la recherche des informations pertinentes. D’après la Classification nationale des professions établie par Ressources humaines et Développement des compétences Canada, le rédacteur (groupe 5121) écrit un document destiné à être publié ou présenté, après avoir effectué les recherches nécessaires. Quant au rédacteur-réviseur (groupe 5122), il accomplit les tâches supplémentaires de lecture, d’évaluation et de révision de contenus qui seront imprimés ou diffusés.

Enjeux de l’écriture experteColloque_Sherbrooke

L’activité d’écriture de type professionnel ou de type universitaire repose sur des compétences qui relèvent non seulement du langage, mais aussi de la mémorisation et de l’automatisation de certaines tâches. Céline Beaudet de l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada) et Véronique Rey de l’Université d’Aix-Marseille (France) étudient cette activité depuis longtemps. Ces enseignantes et chercheuses ont organisé un colloque international sur l’écriture experte, les 13-14-15 juin 2013, à l’Université de Sherbrooke.

Parmi les thèmes inscrits au programme de ce colloque, les enjeux didactiques ont retenu notre attention. Que se passe-t-il sur le plan cognitif quand on écrit? Quels sont les savoir-faire exploités? Comment enseigner la rédaction de textes professionnels et universitaires?

En conclusion de ce colloque sur les enjeux sociaux et scientifiques de l’écriture experte, une table ronde a réuni des universitaires et des professionnels invités à partager les conditions de leur pratique. À l’occasion de ce dialogue, une discussion enrichissante s’est engagée sur l’importance de considérations éthiques et d’une déontologie de la profession.

Écoutez mon témoignage au www.actes-numeriques.fr.